La soupe, quel potage !

puree-soup-780597_1920
Avec l’arrivée du froid, la soupe a de beaux jours devant elle. Prête à consommer, facile à servir et réputée bonne pour la santé, elle est l’un de nos repas favoris en cette période hivernale. Mais aujourd’hui, une soupe sur deux est achetée en grande surface (70% de soupes du commerce sont en briques), mais que se cache-t-il derrière cette industrialisation ?
En prenant, par exemple, la liste des ingrédients du velouté poireaux-pommes de terre, nous trouvons :
  • 18% de poireaux
  • 17% de pomme de terre
Les poireaux et les pommes de terre représentent à eux deux, seulement un tiers de la composition de cette soupe alors qu’ils sont énoncés comme aliments principaux.
En fait, pour diminuer le coût de production, les industriels utilisent moins de légumes que pour les soupes faites maison ce qui engendre un potage plus liquide (par une plus grande présence d’eau) et avec moins de goût.
Pour remédier à cela, ils ont trouvé la parade : l’utilisation d’additifs « dit naturels » :
  • Amidon de maïs : dont le but est de rendre la soupe plus épaisse, mais qui augmente la valeur énergétique du produit (présence de glucides)
  • Arômes notamment l’utilisation de glutamate, exhausteur de goût ayant pour effet secondaire d’exciter les papilles et de stimuler le cerveau à la sensation de faim. Plus on consomme du glutamate, plus on a faim. De plus, il a été démontré, qu’ingéré en grande quantité, il favorise l’obésité, le diabète…
Nous pouvons retrouver, dans certaines briques de soupe, du sirop de glucose et/ou de sucre pour masquer l’acidité des légumes et/ou de la soupe. Des matières grasses, telle l’huile végétale hydrogénée, peuvent également y être présentes, alors qu’elles sont à éviter car elles bouchent les artères et entraient des pathologies cardio-vasculaires. Nous remarquons, aussi pour toutes ces soupes en briques une grande présence de sodium, principal exhausteur de goûts des industriels.
Quant aux soupes déshydratées, on notera la présence de sucre, sirop de glucose permettant ainsi de conférer un bon goût, très peu de fibres (les fibres régulant la digestion) et la présence de matières grasses mauvaises pour la santé (ex : huile de palme).

 

POUR CONCLURE


 

Compte tenu de tous les artifices présents dans les soupes industrielles, ne serait-il pas préférable d ‘éplucher quelques légumes, les plonger dans de l’eau, les laisser cuire puis les mixer ? Cela permet de manger sainement, de faire le plein de vitamines, minéraux et de fibres et nous laisse la possibilité de customiser la soupe selon nos goûts et nos envies. Si vraiment cela n’est pas possible, les soupes surgelées ou fraîches achetées en grande surface, sont une meilleure alternative aux briques et soupes déshydratées. Malgré tout, il reste important de vérifier la liste des additifs.
Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. melpradalie dit :

    Les Soupes j’adore! Et l’hiver c’est encore mieux 😉 Bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s