Faut-il prendre des compléments alimentaires ou des médicaments pour perdre du poids?

En France, un adulte sur cinq et un enfant sur dix consomment occasionnellement des compléments alimentaires ou des vitamines et minéraux sous forme de médicaments.
Un peu plus d’un adulte sur vingt, et d’un enfant sur cent en consomment toute l’année ou presque.
medications-342462_1920

-LES COMPLEMENTS ALIMENTAIRES SONT-ILS NECESSAIRES ?- 

La réponse est directe : NON
Une alimentation équilibrée permet d’apporter l’essentiel des nutriments nécessaires pour couvrir nos besoins nutritionnels.
En effet, les déficits et les carences en nutriments sont, de nos jours très rares, et peuvent concerner seulement quelques oligoéléments (vitamine D, magnésium, calcium…) et certaines personnes en situation particulière (femmes enceintes, allaitantes, personnes âgées…).
Dans cette configuration, et seulement dans ce cas, la complémentation peut représenter un intérêt et doit se faire sur conseil d’un professionnel de Santé.
Depuis 5 ans, l’ANSES reçoit régulièrement des plaintes (plus de 1500 signalements) d’effets indésirables liés à ces produits, notamment en première ligne :
  • Compléments alimentaires minceurs.
  • Compléments alimentaires pour faire diminuer le cholestérol
  • Compléments alimentaires pour des soins capillaires

 

– COMPLEMENTS ALIMENTAIRES ET MEDICAMENTS MINCEURS, QUEL RISQUE POUR NOTRE SANTE ? –

D’une part, nous avons les cas de surpoids et d’obésité, en nette augmentation en France depuis une vingtaine d’années, et d’autre part le culte de la minceur, la promotion et l’offre sans cesse renouvelée de produits, appareils ou méthodes revendiquant un effet sur le poids, sont à l’origine de la recherche de minceur.
On retrouve comme compléments/médicaments :
  • Les brûleurs de graisses : présents partout, en pharmacie, parapharmacie sur internet, sans aucun contrôle. Ces produits contiennent le plus souvent un excitant bien connu, la caféine, présenté comme accélérant le métabolisme des graisses et peuvent avoir des conséquences au niveau cardio-vasculaire.
  • Les coupe-faim : de nombreux anorexigènes ont été retirés du marché (ex : médiator), mais les industries pharmaceutiques, friandes de gros bénéfices lancent sans cesse de nouveaux produits et les autorités européennes leur accordent des autorisations de mise sur le marché. Par exemple, la France était très hostile à la mise sur le marché du « Mysimba », mais l’Europe nous l’a imposé en 2015. Les restrictions d’usage sont très nombreuses notamment chez les personnes atteintes de HTA et cardiaques, d’où le risque pour la santé des consommateurs.
  • Les laxatifs et diurétiques : dans l’imaginaire des gens, pour perdre du poids, il faut éliminer d’où l’usage de ces médicaments. Certes on élimine, mais on perd essentiellement de l’eau, des sels minéraux et vitamines. En buvant, on reprendra l’eau, mais pas tous les oligo-éléments perdus. Donc risque d’hypokaliémie, hyponatrémie, hypotension, troubles cardiaques et oedèmes du poumon.
capsule-1079838_1920
Les préparations à base de plantes, souvent perçues comme une approche naturelle, ne sont pas dépourvues de risques. ells ne nécessitent pas de prescription, ni de prise en charge médicale et sont facilement accessibles.
Il est important de bien choisir les compléments alimentaires, il faut les acheter en pharmacie où des contrôles ont été effectués au préalable. Ne surtout pas acheter ces compléments sur internet, où l’on retrouve des produits non autorisés à la mise en marché. Attention, une plante peut-être dangereuse.
Cependant, on constate tout de même que la plupart de ces médicaments ont surtout des effets laxatifs, diurétiques et sont en fait des placébos.
Si vous voulez perdre du poids de manière durable et progressive, il est préférable de consulter un(e) dietéticien(ne). méfiez-vous également des divers centres de minceur, beauté, nature (ex: natur house) qui fleurissent dans toutes les agglomérations et qui certes, vous offrent la consultation mais qui vous vendent leurs compléments alimentaires non inoffensifs. il en va de même pour les centres rnpc qui facturent la consultation ainsi que les produits.
Et oui ! pour maigrir la pilule miracle n’existe pas !
Pour perdre du poids correctement, il suffit de manger de tout, en quantité raisonnable et de pratiquer une activité physique.

 

– CONCLUSION-

Sur conseil d’un professionnel de santé, vous pouvez prendre des compléments alimentaires (si vous êtes en carence), mais attention tout de même à :
  • Eviter des prises prolongées, répétées ou multiples au cours de l’année
  • Respecter scrupuleusement les conditions d’emploi fixées par le fabricant, responsable de la sécurité des produits qu’il commercialise.
  • De signaler à un professionnel de santé tout effet indésirable survenant suite à la consommation d’un complément alimentaire.
Et n’oubliez pas que le meilleur moyen pour être en bonne santé c’est de manger équilibré et de pratiquer une activité physique.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s