Rôle de l’alcool dans la prise de poids

L’heure des apéros en terrasse, le soir, approche.
Alors quel est l’effet de l’alcool sur notre poids ? On vous dit tout !

# BOIRE OU MAIGRIR, IL FAUT CHOISIR !
En effet, l’alcool est un facteur objectif dans la perte de poids. Réduire sa consommation est la première mesure à prendre pour maigrir. En couplant l’arrêt de l’alcool à une activité physique quotidienne, il est possible de perdre plusieurs cm de tour de taille en quelques semaines. En prenant d’autres bonnes habitudes : moins d’aliments au goût sucré, ne pas se resservir… il est possible de faire disparaître durablement ses kilos superflus.
Etrangeté de l’alcool, cette recommandation vaut surtout pour ceux qui boivent raisonnablement car, chez les alcooliques, la boisson en excès entraîne plus de dépenses énergétiques qu’il ne fournit de calories.
# L’ALCOOL EN CALORIES
L’éthanol contenu dans un verre de vin ou de bière apporte pas mal de calories : 7 kcal par gramme d’alcool pur, soit quasiment deux fois plus que le sucre (4 kcal/g) et un peu moins que le gras (9 kcal/g). Boire un verre de vin (10cl, soit 10-12g d’éthanol) revient à manger trois carrés de sucre en termes de calories.
Ainsi, en supprimant l’alcool, nous diminuons les apports énergétiques de 10 à 30 % selon les habitudes alimentaires.
Ce renoncement n’est pas dommageable car l’alcool est ce que nous appelons « un nutriment vide », un nutriment qui n’apporte rien d’utile à l’organisme si ce n’est le l’ivresse qu’il procure.
En effet, notre corps s’empresse d’éliminer l’alcool en le modifiant par le biais d’une succession de réactions chimiques principalement au niveau du foie. Cette transformation va déboucher sur des substances qui alimentent la fabrication des acides gras et en parallèle l’élimination des graisses est ralentie.
# BOIRE MOINS D’ALCOOL, POUR AMELIORER LA SATIETE
Boire moins nous permet également de mieux contrôler notre alimentation.
De nombreuses études semblent indiquer que l’alcool ouvre l’appétit alors que ses apports caloriques devraient nous le couper. Mais aussi, pendant les repas, l’alcool retarde la satiété, si bien que nous continuons à manger alors que nous devrions avoir arrêté depuis longtemps.
Le conditionnement joue beaucoup ; en ouvrant une bouteille pour l’apéro, nous réactivons l’envie de manger, mais son action serait également physiologique.
En agissant ainsi au niveau de l’hypothalamus (glande localisée à la base du cerveau) l’alcool chamboule la production des hormones impliquées dans la régulation de l’appétit.
L’alcool perturbe notre jugement : sous son emprise, nos inhibitions et nos repères diététiques s’effondrent pour laisser place aux plats plaisirs, trop sucrés ou trop gras.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s