La mayo, nous la préférons maison !

Rapide et facile à préparer, la version maison est souvent ignorée au profit des sauces industrielles, qui n’ont parfois de « mayonnaise » que le nom.
Pour en faire, c’est très simple, il suffit d’avoir un jaune d’œuf, de la moutarde, de l’huile… et quelques minutes devant soi.
« Rien de plus simple », est pourtant beaucoup trop compliqué pour la plupart d’entre nous, ce qui nous explique le succès des sauces industrielles (47 millions de pots, tubes… vendus en France et chaque année !).
Ce secteur est en pleine croissance grâce au marketing, à l’innovation permanente, à l’aspect pratique d’utilisation et pour finir le goût des personnes pour le gras.
Mais les mayos industrielles peuvent nous réserver de belles surprises !
# KÉSAKO L’APPELLATION « MAYO » ?
Il est étonnant de constater que les autorités agroalimentaires autorisent des appellations de sauces prestigieuses (mayonnaise, béchamel, hollandaise, béarnaise…) pour des produits dont les liants naturels (ex : œuf) sont substitués par des émulsifiants chimiques et du gras de très mauvaise qualité.
La réglementation européenne l’autorise, à condition que la liste mentionne tous les ingrédients utilisés.
# LE GOUT ARTIFICIEL
Les additifs de type épaississants et gélifiants sont également présents dans les mayonnaises industrielles, et ce même pour les mayonnaises bio.
Et ne parlons même pas de la présence de sulfites, acidifiants, acide lactique… et autres arômes de synthèse.
Le goût de mayonnaise étant élaboré en laboratoire, la simple mention « arôme » doit nous mettre en garde.
Les colorants utilisés sont généralement à base de paprika, de bêta-carotène d’origine naturelle ou synthétique.
Ces additifs ne facilitent pas la digestion et, s’ils ne sont, à priori, pas dangereux pris séparément, l’impact santé de ces mélanges est difficilement évaluable.
# COMMENT BIEN CHOISIR SA MAYO ?
Si par manque de temps, d’envie ou encore la flemme, nous achetons un pot ou un tube de mayonnaise, nous choisissons celle dont la matière grasse est essentiellement composée de colza et, si possible, dans un conditionnement en verre.
Nous vérifions sur l’étiquette qu’il y ait au maximum 2 additifs ou idéalement aucun (sur un coup de chance, ça peut arriver).
Et n’oublions pas que la mayo industrielle comme celle « maison », reste un produit ultra calorique et qu’il vaut mieux limiter sa consommation à 1 ou 2 cuillères occasionnellement.
# ET LES MAYOS ALLÉGÉES
Attention, au piège !!!
Elles sont à peine moins caloriques et incitent à en consommer davantage, ce qui augmente au bout du compte l’apport énergétique.
En bonus, elles comportent en général plus d’additifs (pour remplacer la matière grasse).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s