Pour ou contre la sauce tomate toute prête ?

C’est LE reflexe dès que nous voulons cuisiner des pâtes.
Un reflexe pas si ancien en France (et même en Italie) puisque la tomate n’est arrivée en Europe qu’au XVIe siècle.
Hormis d’agrémenter nos plats, quel est son intérêt nutritionnel ?
Les sauces tomates permettent avant tout de limiter l’apport en corps gras ajoutés, comme le beurre, riche en acides gras saturés, dont l’excès peut-être délétère pour l’organisme, notamment sur le plan cardio-vasculaire.
D’autre part, les tomates contiennent du lycopène, un antioxydant puissant protecteur des cellules de l’organisme, mieux assimilé lorsqu’elles sont consommées cuites.
Nous y retrouvons également des fibres, de l’acide folique, du potassium… Tout pourrait être pour le mieux, si ce n’est que les sauces industrielles contiennent souvent bien d’autres choses.
# UNE MULTITUDE D’INGREDIENTS
Du sucre pour adoucir l’acidité de la tomate, du sel ajouté pour relever le goût, mais aussi un nombre parfois impressionnant de composés, de type épaississants, correcteurs d’acidité, arômes parfois de synthèse repérables par la simple mention « arôme ».
De la viande de porc, de bœuf peut être ajoutée, la sauce bolognaise étant leader dans le domaine avec l’argument marketing selon lequel il s’agirait d’un plat complet et peu cher avec de la viande et des légumes pour accompagner les pâtes.
Des épices, de l’ail, un peu d’huile sont aussi généralement présents dans les sauces industrielles.
Dans certaines sont également ajoutés des oignons, des olives, des pignons… L’innovation dans ce domaine est très productive. La valeur calorique de ces sauces du commerce, comme de celles faites maison, dépend de la concentration en huile et en corps gras, variant de ce fait de 50kcal à plus de 300 kcal pour 100g.
# ATTENTION AUX ETIQUETTES
Il est possible d’en trouver sans additifs, de nombreuses industries agroalimentaires font des efforts dans ce sens.
Reste une grande inconnue : les tomates elles-mêmes.
Viennent-elles de Chine, qui est un important exportateur ? ont-elles été cueillies bien mûres ? Ne s’agit-il pas de produits avariés, impropres à mettre sur les étals, que nous retrouvons dans ces sauces ? Et la viande, lorsqu’elle est présente, d’où provient-elle ? Quelles ont été les conditions d’élevage ?
Beaucoup de suspicions légitimes entourent ces sauces tomates industrielles. Notre conseil est donc de les choisir avec un étiquetage précisant l’origine exacte des produits (ce qui est rarement le cas pour l’ensemble des ingrédients), sans additif, sans arômes, avec des produits naturels et surtout bio, qui offrent la garantie de méthodes de culture plus respectueuses de notre santé et de la planète.
# LE BIO, LA BONNE OPTION
Mêmes de marques de distributeur, elles sont réellement bio car, soucieuses de leur image, les grandes surfaces ne pourraient pas se permettre de vendre du « faux bio » au risque de voir toute leur filière s’écrouler.
Achetons en priorité du bio sans additif.
Attention en revanche à la plupart des pâtes en box, en boite, aux pâtes prêtes à consommer une fois réchauffées avec de la sauce tomate.
Non seulement l’origine des produit est rarement mentionnée, mais, en plus, elles sont généralement bourrées d’additifs, dont certains sont suspects ou dont l’impact sur la santé a été insuffisamment étudié.
Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Je préfère la faire maison, comme ça je sais ce qu’il y a dedans ! Le Monde d’Amandine

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s